COMMODE EN BOIS NATUREL

Epoque REGENCE

Premier tiers du XVIII° siècle

Thomas HACHE

Une rare commode en bois naturel patiné ouvrant à trois tiroirs de long attribuée à Thomas HACHE

La pièce que nous présentons est née à l’aube de la création du mobilier appelé « commode »

Selon le Comte de Salverte, André-Charles Boulle aurait été « l’inventeur » de la commode vers 1690 par la transformation du coffre – venant lui-même du bahut – en adaptant à ce meuble les perfectionnements du cabinet : c’est-à-dire, les tiroirs. Notre meuble est donc un des témoins de l’effervescence créative du XVIII° siècle, qui, avec le décalage Paris-province de l’époque se situerai au premier quart de ce siècle.

Mais alors quel est son intérêt

 Cette pièce est une très rare commode en bois naturel de Thomas HACHE

Elle nous parvient dans son état de château

Pourquoi Thomas HACHE ?

En ce début du XVIII° siècle, les ébénistes n’apposaient pas encore d’estampille (sauf quelques exceptions parisiennes). De plus, pour les commodes Louis XIV de Thomas HACHE, il y avait souvent confusion avec les ateliers grenoblois – similitude de forme, mais pas d’équivalence technique du montage.

Seul Thomas Hache (et la dynastie) montait les tiroirs à feuillure sur toutes ses faces « en carton de chapeau ». Les ateliers grenoblois concurrents n’utilisaient généralement que les fonçures clouées, très rarement à feuillures et seulement sur les côtés et la façade des tiroirs. Les fonds sont alors débordants de la partie arrière du tiroir ou ils sont cloués.

La forme, on reconnait visuellement une commode de Thomas Hache.
– Elle présente un faible galbe en façade suivant une ligne très douce.
– Ses montants antérieurs se caractérisent par un arrondi très ample.

Le décor
– Délicate légèreté aérienne des poignées pendantes en bronze des tiroirs en contraste au dessin géométrique louis-quatorzien affirmé de la façade
– En contraste, les entrées de serrures au puissant mascaron
– L’harmonie du décor du tablier
– Le plateau d’origine à deux lés et ressaut  – belle épaisseur, forte et riche mouluration : décrochement, cavet, et bec de corbin.

Le décor des bronzes est en parfaite harmonie avec la rigueur louis-quatorzienne de la façade. Un contraste rythmique magistral du savoir-faire du maître ébéniste.

Pour les côtés, un panneau à retrait dans un large et important encadrement mouluré. Les montants postérieurs à ressaut présentent une légère mouluration longitudinale. Les montants antérieurs présentent sur leur longueur une large réserve décreusée moulurée sommée d’une chute rectiligne en bronze.

La façade des tiroirs, à réserves géométriques aux larges moulurations aux saillies adoucies par des aplats à deux niveaux, accueillent les mains pendantes de tirage.

Une architecture puissante qui affirme la noblesse de ce très beau  meuble régional

Provenance : un château du Sud-Est de la France

– Bois de noyer et résineux
– Tous les bronzes d’origine
– Aucune enture
– Aucune greffe
– Meuble parfaitement intègre
– Quelques restaurations d’usage et d’entretien
– Les serrures associées
– Meuble nettoyé, patiné

Notre commode est un témoin historique de la créativité de Thomas HACHE et de l’évolution des arts décoratifs du début du XVIII° siècle –  circa 1700-1720

Bibliographie : ROUGE Pierre, R. F. (2005). Le génie des HACHE. Dijon: Editions Faton.