CONSOLE EN FER FORGE

TOLE REPOUSSEE, RELEVEE ET DOREE

Console d'époque Régence

Remarquable console en fer forgé et doré d’époque Régence

La prééminence en Europe des pièces majeures du mobilier français du XVIII° siècle est constitutive à son architecture.
L’exceptionnelle créativité depuis les dernières années du règne de Louis XIV à l’aube du premier Empire est indiscutable et reconnue (y compris le style Louis XV symétrisé qui a échappé au Rococco).

Envié, le gout français est plagié mais dénaturé et caricaturé. Ne dit-on pas d’instinct que « telle pièce n’est peut-être pas française » ou pour l’amateur « cela n’est pas un travail français ».

L’élégance créée par le parfait équilibre des volumes et l’harmonie du décor qui donne vie sont alors la signature des marchands merciers.

Mais, avec ou sans le concours de ces directeurs artistiques, à chaque époque, la tendance stylistique, la rigueur, la précision de l’exécution perpétuent l’œuvre intemporelle de l’artiste, du maître.

Notre console est le fruit d’une étude parfaite du dessin de « son architecture »
– La puissance alliée à la légèreté
– Une grande clarté de la lisibilité
– L’équilibre des forces dynamiques
Ne supporteraient aucun ajout superfétatoire

 L’œil est aussitôt conquis

Une admirable représentation patrimoniale du classicisme des arts décoratifs français de la première moitié du XVIII° siècle
à l’époque de la Régence

____________________________________

Comme un texte descriptif de l’œuvre pourrait être ou trop conventionnel ou trop lyrique, nous en retrouverons ci- après les caractéristiques techniques fondamentales, enfin les détails photographiques qui seront plus formels.

Bonne découverte 

Elle pose sur deux puissants montants à quatre fers reliés par des billes et des ovales forgés rivés. Ils s’amincissent en fuseau. Ils sont sommés d’un large feuillage d’acanthe et tôle repoussée dorée qui en épouse l’épaulement, où un hélianthe à double pétales prend naissance. Ils se terminent par des pieds à enroulement et acanthe dorée.
Aérienne traverse galbée honorée d’un riche décor central d’un lambrequin animé de glands mobiles.
L’entretoise exprime parfaitement son époque par une palmette à décor d’acanthe dorée et volutes.
Elle est couverte de son épais marbre rouge royal d’origine, galbé, avec écoinçon, et double mouluration de gorge et bec de corbin.

Les assemblages :
– A billes rivées
– A bague
– Par embrèvement
– Par écrou
– Les volutes et contre-volutes à cornes de bélier
– Fin décor ponctué de feuilles d’acanthes et de fleurs d’hélianthe en fer repoussé, relevé et doré.