BUREAU CYLINDRE

FRISAGE DE BOIS DE ROSE

Nicolas PETIT

Petit bureau de dame à cylindre, plaqué à toutes faces dit « de milieu »

Pas moins de douze musées présentent l’œuvre du Maître ébéniste Nicolas PETIT, dont le célèbre musée Gulbenkian à Lisbonne. On peut aussi parler des collections royales d’Angleterre, du palais de Buckingham, du South Kensington Museum ; de la collection Espirito Santo et de celle de M. Penard y Fernandez (Exposition des grands ébénistes, Musée des Arts Décoratifs 1955-1956 MAD Paris).

L’élégance intemporelle de notre meuble affirme la créativité de ce Maître.

——————————–

Petit bureau de dame à cylindre, plaqué à toutes faces dit « de milieu ».

La ligne est pure et l’équilibre des est les volumes parfait.

Tout apport, même décoratif, serait à son désavantage.

Par ces fondements, on dit d’un objet d’Art qu’il « tourne bien »

L’ensemble du décor se compose d’un frisage de bois de rose disposé en ailes de papillon – en quarte feuille sur le cylindre – d’une plate-bande à doubles filets clairs et d’un large entourage de bois de satiné. Les angles antérieurs et postérieurs à réserve de bois de rose disposé en fil et d’un double filet clair simulant des grattoirs.

Le quart de cylindre, relevé, découvre trois tiroirs marquetés surmontés par trois larges casiers ainsi que la table de travail coulissante gainée d’un cuir fauve doré aux petits fers.

Le cylindre, convexe, se prolonge en partie supérieure par un plan légèrement concave simulant la façade d’un petit gradin qui créé une grande douceur des lignes.

La partie inférieure présente en ceinture deux tiroirs.

Pas de marbre sur le haut mais un chaud frisage de bois de rose ceint d’une galerie de laiton repercé sur les trois faces.

Il pose sur pieds quadrangulaires en fuseau, terminés par des sabots en bronze fondu engainants, qui finissent en petite boule.

– Pas d’accident au placage qui a conservé son épaisseur originelle.
– Le bâti en bois de chêne
– Le haut des parties latérales des tiroirs traités en arrondis, signe de qualité
– Les bronzes d’origine finement ciselés et dorés
– Boutons de tirage
– Serrures d’origine.

Estampille de Nicolas PETIT 1732 – 28 août 1791
Il reçut la maîtrise le 21 janvier 1751

Très élégant travail parisien d’époque Louis XVI

Dimensions :
Hauteur : 107 cm
Largeur : 100 cm
Profondeur :  51 cm

Un mobilier intime de charme, de grande qualité, d’exceptionnel état de conservation, signé de l’un des grands Maîtres du XVIII° siècle, qui était « reconnu pour la sureté de son goût, et la souplesse de son talent »[1] par ses pairs.

MUSEES :
– PARIS : Arts Décoratifs
– PARIS : Arts et Métiers
– PARIS : Carnavalet
– PARIS : Cognacq-Jay
– PARIS : Nissim de Camondo
– SAINT-JEAN- CAP-FERRAT : Ephrussi
– VERSAILLES : Lambinet
– LONDRES : Wallace Collection
– LONDRES : Waddesdon Manor
– LISBONNE : Calouste Gulbenkian
– LYON : Arts Décoratifs
– NANCY : Musée Lorrain

[1] Comte de Salverte, Les Ebenisites du XVIII° siècle, S de Nobele, Paris, page 261